Fiche sécurité et justice

SECURITE ET JUSTICE

SECURITÉ : DONNER LA PAROLE AUX CITOYENS DANS LE DOMAINE DE LA SECURITÉ DE PROXIMITE

Si la nature régalienne de la sécurité se justifie pleinement dans les domaines de la lutte de la grande criminalité ou le terrorisme, il doit en aller autrement dans celui de la délinquance et des droits des victimes.

 

NOUS PROPOSERONS :

==>   LE RENFORCEMENT DES POLICES MUNICIPALES

 

En effectifsEn droits, notamment de celui de l’accroissement des pouvoirs de police judiciaire dans le domaine des infractions dites « incivilités », avec un pouvoir de médiation entre la victime et l’auteur pour les cas commis dans le cadre du voisinage

 

En information des responsables municipaux en permettant à des élus habilités et formés un accés aux fichiers nationaux, ciblé sur leur commune, afin qu’ils puissent établir un état réel des infractions et apporter leur soutien aux victimes de leurs communes.

 

==>    UN DROIT DE REGARD SUR LES DECISIONS DE JUSTICE

 

Les citoyens sont présents lors des jugements des cours d’assises. Par contre les droits des victimes sont absents du processus de décision correctionnel. Aussi nous proposerons :

 

le droit pour des citoyens volontaires de participer à des audiences correctionnelles, avec voix consultative, afin que les magistrats puissent renouer le contact avec le bon sens populaire. Cela est d’autant plus nécessaire qu’à l’heure acruelle, la majorité des délinquants n’effectuent plus les peines de prison auxquelles ils ont pourtant été condamnés.Le renforcement de la médiation pénale dans laquelle la victime doit avoir son mot à dire dans la réparation du préjudice qu’elle a subi, notamment dans les affaires les moins graves.

 

Les victimes sont à égalité de moyens de défense dans les procés civils, administratifs, commerciaux, ou prud’hommaux…mais ce n’est pas encore le cas pour la justice pénale, restée inquisitoire et régalienne. 

LA JUSTICE PENALE EST AUSSI L’AFFAIRE DES CITOYENS